Conférence théâtralisée : Le second degré de l’animation

Conférence Jérôme guillet, le second degré de l'animation

 

L’Union Régionale des Centres Sociaux des Pays de la Loire organise actuellement une formation-action sur le Pouvoir d’Agir des Jeunes et les pratiques d’animation jeunesse. 17 centres sociaux et socioculturels de la Région sont investis dans la démarche. Afin d’associer un plus grand nombre d’acteurs du réseau ainsi que les partenaires locaux et institutionnels des structures et des fédérations, deux temps forts sont également proposés. Animés par des spécialistes de la sociologie de la jeunesse et de l’animation, ils permettront d’enrichir la réflexion et de fédérer les différents acteurs autour du développement du Pouvoir d’Agir des jeunes. C’est dans ce cadre que la conférence d’Olivier Noël s’inscrivait, et que la conférence théâtralisée de Jérome Guillet, de l’association Matières Prises est proposée jeudi 20 mars.

 Les mots de Jérôme Guillet:

Naturellement vers 17 ans, mais sans plus de motivation que ça, je passe le Bafa, Et là, dès le stage pratique, ça a commencé à dérailler : pas de tranches d’âges, pas de programme, des enfants qui décident, dans un certain désordre des choses…

J’ai fait, par la suite, de l’animation mais dans des contextes et avec des méthodes assez surprenantes. J’ai travaillé en festival, en supermarché, en manif et j’ai entamé une carrière d’animateur de rue.  ça m’a fait bizarre, d’abord parce que j’étais un peu seul à faire ce que je faisais et puis aussi parce que je n’ai jamais bien su nommer la chose…pas artiste ni performeur, pas sociologue, ni journaliste, ni chercheur, ni enquêteur….C’est l’animateur qui est toujours revenu, un terme que  personne ne semble vraiment aimer : trop ambigu, trop lisse,  trop quelconque. 

Aujourd’hui, je suis devenu consultant, professionnel de la participation, spécialiste des “publics non-captifs” mais je me me sens encore et toujours animateur. 

D’ailleurs, je me suis rendu compte , sur une autre plan, qu’il n’était pas faux d’affirmer qu’on se doit probablement d’animer sa famille, ses amis, son couple et… soi même. S’animer, ce serait comme “essayer de choisir ce qui nous arrive” plutôt que le subir.

À un moment, je me suis même dit que… L’animation, ce n’est pas un métier et que ce ne le sera jamais…Mais pour de très bonnes raisons. “

 

Informations pratiques :
———————————————————–
Quand :  Jeudi 30 mars 2017   à 20h
Où : Château de la Plinguetière, 51, Route du Champ de Foire – 44 860 Saint Aignan de Grand Lieu
Qui : Bénévoles, professionnels et partenaires des Centres Sociaux
Modalités : Gratuit sur inscription (en cliquant ici)

 

Aller à la barre d’outils